Oulan-Bator

Oulan-Bator, Ulaanbaatar, UB, capitale de la Mongolie où plus d’un tiers de la population du pays réside (1 150 000 habitants pour 3 100 000 au total). Reconnue comme la capitale la plus froide du monde mais aussi comme une des plus polluées ! Dit comme ça, ça ne fait pas vraiment rêver et c’est peut-être, en partie, ce genre de choses qui fait que, bien souvent, les Occidentaux qui visitent la Mongolie expédient avec mépris la ville du Héros Rouge (Ulaan = Rouge, Baatar = Héros), mais il n’y a évidemment pas que ça.

Le touriste Occidental est toujours persuadé que la vraie vie, la vie « authentique », se trouve dans les campagnes (ou dans les steppes) et, en vérité, il vient souvent visiter, non pas un pays, mais une histoire, une légende, d’où son intérêt pour les traditions ancestrales, obligeant carrément certains autochtones à se mettre en scène pour lui donner ce qu’il veut et qui n’existe quasiment plus dans la vraie de vraie vie des vrais gens du pays de maintenant. Il y a aussi ceux qui ne viennent que pour voir les paysages et considèrent qu’un gratte-ciel bleu au milieu d’un chantier de pelleteuses sur fond d’immeubles gris et de collines vertes n’en est pas un…

La vie « authentique », à l’ancienne, est une chose mais l’état d’esprit général d’un peuple en est une autre. Ulaanbaatar est le centre de la Mongolie, toutes les routes, toutes les voies ferrées, tous les couloirs aériens y mènent et il faudrait la snober au prétexte que la « vraie » Mongolie n’est pas ici mais dans les steppes et les temples ? Les mythes sont tenaces. Quelle ne fut pas la déception des français quand je leur ai dit que, dans la plupart des yourtes mongoles, il y avait une télé ! Pas possible, ce bon vieux peuple millénaire regarderait donc la télévision ? Scoop : ils se passionnent même pour les sitcoms sud-coréenne.

Du coup, dans la plupart des blogs de voyage, UB est balayée en quelques lignes, genre c’est nul donc on n’y a passé que deux jours. Mais comment connaître une ville de l’ampleur d’Oulan-Bator en seulement deux jours ? Comment y rencontrer ses habitants, découvrir ses restaurants et ses bars, visiter ses musées, parcourir ses rues au hasard, faire des rencontres ?

Puisque toutes les routes mènent à Oulan-Bator et que nous avons beaucoup voyagé pendant notre mois et demi en Mongolie, nous nous sommes retrouvés quatre fois à UB pour un total d’une quinzaine de jours dans la capitale. On y a vécu plein de choses, fait de belles rencontres et découvert quelques lieux à ne pas rater. Ce sera l’objet de cet article, une sélection de guest houses, de musées, de restos et de bistrots pour passer du bon temps à Ulaanbaatar, n’en déplaise à ceux qui viennent pour faire du cheval !

Guest houses :

Ecovoyage : L’auberge en elle-même est toute petite, mais Ecovoyage est surtout spécialisée dans les « tours » (les circuits à travers la Mongolie). C’est avec cette agence que nous sommes partis une douzaine de jours dans les steppes et on ne peut que la recommander chaudement à tous ceux qui veulent tenter l’aventure. Chuka, la gérante, est extrêmement sympathique et parle parfaitement français.

Mongolian Steppe : Petite auberge assez marrante en plein centre-ville, la gérante n’était jamais là et on se sentait comme dans une grande coloc ! Pas cher, ce sera aussi le moment de vous relaxer en regardant des DVDs ou des DivX en chinois sous-titrés mongol !

Travel Mongolia : Plus grande et un peu dure à trouver, on y a passé nos derniers jours à UB. On a moins apprécié l’ambiance globale mais on y a quand même fait quelques belles rencontres, notamment la « femme de chambre » qui était d’une gentillesse et d’une attention complètement dingues, allant jusqu’à nous faire cuire nos œufs pour le petit déj’ !

Musées :

Musée des beaux-arts Zanabazar : Pour nous, ce fut clairement le plus beau musée de la ville. Tellement de toiles, de bronzes, d’œuvres en tout genre qu’on peut y rester des heures sans voir le temps passer. On y apprend aussi beaucoup de choses sur les innombrables divinités du bouddhisme tibétain et on en sort rêveur et ébahi, presque sonné !

Musée d’histoire de la Mongolie : Très intéressant et très complet, ce musée retrace toute l’histoire du pays de l’époque préhistorique jusqu’aux années 2000. Immense et regorgeant d’informations, il faut avoir plusieurs heures devant soi pour en profiter pleinement.

Bars / Restaurants :

RePUBlik : Je dois avouer qu’il nous a fallu un petit moment pour trouver un bon bar où ça boit des coups et rigole jusque tard, les mongols ont moins la culture bistrot que nous autres en Europe… Mais une fois trouvé le RePUBlik, on avait notre adresse où zoner ! Ambiance jeune et sympa, cocktails pas chers et plusieurs bières pression. On a découvert ce pub une semaine avant notre départ et on était bien déçus de ne pas l’avoir repéré plus tôt !

Hashtag : Pas très loin du RePUBlik et du Department Store (incontournable à UB), au niveau de la place surnommée Beatles Square parce qu’on y trouve un monument à la gloire des Beatles ! On dit que, sous le communisme, les jeunes mongols écoutaient masse de rock britannique importé clandestinement, ce serait donc pour ça qu’on a aujourd’hui un monument dédié aux Beatles au beau milieu de la Mongolie ! Le Hashtag, donc, est un pub restaurant (comme à peu près tous les pubs à UB), vous pourrez y boire quelques bières ou y manger d’excellents burgers gigantesques dans une ambiance vraiment sympa.

Oriental Express : Le personnel est très accueillant, la nourriture bonne et variée et les prix carrément raisonnable. Excellent pour manger le midi avant de reprendre l’exploration d’Oulan-Bator.

Caucasia : Un des meilleurs restaurants qu’on ait fait à UB. Légumes fumés, spécialités du Caucase, on s’est régalés !

Mughul Restaurant : Un pur resto indien, c’est à dire que si vous demandez un plat épicé vous allez cracher des flammes avant la fin de votre repas (c’est ce qui nous est arrivé). À part ça c’est très bon !

Brooklyn : Un petit resto bar qui paie pas de mine mais bien sympa. C’est un peu le foutoir mais c’est pas cher et accueillant.

Gusto : La devanture indique un truc du genre « cuisine asiatico-européano-italiano-mongole », si ça vous suffit pas pour y entrer (nous ça nous a suffit), sachez que c’est très bon (même si on cherche toujours le côté asiatico-italien de l’affaire…).

Triskell : Si, à un moment donné de votre voyage, vous vous prenez d’une petite nostalgie du pays, allez au Triskell. Vous pourrez y manger d’excellentes crêpes bretonnes et même parler français si le patron est dans le coin…

D’une manière générale, manger dehors en Mongolie est vraiment bon marché, et puis vous avez intérêt à en profiter à UB où vous pourrez manger un peu de tout, car dans le reste du pays ce sera mouton midi et soir ! Dans les trucs vraiment pas cher, il y a les petites gargotes peu visibles où le choix est assez restreint (khusuhuur, tsuivan et buuz, en gros) mais où vous serez dans une ambiance très « locale », il y a également les nombreuses cantines sud-coréennes à l’ambiance parfois assez étrange et où toutes les serveuses portent des tenues identiques…

Bon à savoir :

  • Le réseau de bus est pas mal pour se déplacer en ville même si c’est pas super confortable (ce sont de très vieux bus toujours blindés un max) et relativement compliqué quand on ne comprend pas le cyrillique (et probablement même quand on le comprend). Il vous faudra acheter une carte dans une des petites boutiques à proximité des arrêts de bus et vous la rechargerez au même endroit. Le coût des trajets est, disons, limite ridicule.
  • Vous pouvez aussi choisir de vous déplacez dans les voitures des autres moyennant quelques billets. C’est que, en Mongolie, tous les gens peuvent s’improviser taxi et ils ne s’en privent pas. Il nous est arrivé que des voitures s’arrêtent pour nous prendre alors qu’on était simplement sur le bord de la route à attendre de pouvoir la traverser ! D’ailleurs, c’est une des rares choses qui nous a couru sur les nerfs en Mongolie, dès que vous sortez d’une gare, des dizaines de types vous fondent dessus en criant « taxi taxi » pour vous emmenez dans le centre-ville ou n’importe où ailleurs.
  • Il faut toujours avoir du cash sur soi, même dans la capitale une grande partie des commerces ne prennent pas la carte.
  • Les guides de voyages recommandent de se méfier de plein de choses à Oulan-Bator mais, comme d’habitude, ils en font des caisses et dans l’ensemble Oulan-Bator est une ville sûre. Un couple de français rencontré là-bas nous a dit s’être fait arnaquer par un « taxi » avec qui ils avaient négociés une course à 10 000 tugriks pour finalement devoir la payer 20 000. Quand on sait qu’il faut environ 2 800 tugriks pour faire 1 euro, on se rend compte que ce couple s’est fait « arnaquer » d’à peu près 3 euros 50… Pas de quoi créer un incident diplomatique.

Le temps d’écrire cet article, j’ai enfin trouvé un blog en français qui parle en bien d’Oulan-Bator. Un terme revient souvent dans l’article : Fascinant. Et c’est vrai que c’est peut-être ce qui caractérise le mieux Oulan-Bator, c’est une ville fascinante, rien que son nom fait rêver et dès les premiers pas en dehors de l’aéroport (ou de la gare) on a l’impression d’avoir débarqué sur une autre planète.

Ne boudez pas cette ville, découvrez-la, explorez-la et vous y ferez peut-être, comme nous, des rencontres épatantes avec des gens on ne peut plus authentiques.
Citadins, mais authentiques.

IMG_20170506_185037

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s