Banalement…

Lorsqu’il m’arrive encore, par faiblesse, de lire des coupures de presse de médias aussi pitoyable que « 20 Minutes », je suis la plupart du temps consterné devant le traitement des faits, et particulièrement quand il s’agit d’articles qui traitent de poursuites judiciaires à la suite de manifestations. Le 2 Avril, je suis tombé là-dessus : https://www.20minutes.fr/justice/2487047-20190402-comment-video-benalla-va-doute-sauver-homme-juge-violences-policiers Outré une nouvelle fois, je me suis décidé à décortiquer cette « chronique judiciaire » pour bien pointer du doigt ce qui me dérange dans ce type de « news » traité de manière ahurissante…

Nous avons donc là un article sur le fait qu’un homme accusé de violences sur policiers va être innocenté grâce à une vidéo où on le voit se faire arrêter par le désormais incontournable Benalla.

Déjà, gageons que sans Benalla dans l’affaire, l’accusé aurait pu tout autant se faire blanchir, « 20 Minutes » n’en aurait rien eu à foutre. Mais bref, continuons : « Khelifa M. a entendu, ce mardi, le procureur requérir finalement une relaxe en sa faveur, en raison d’une « grossière erreur » de procédure. Et de nous exposer cette « grossière erreur » : Le procès-verbal de son interpellation stipule qu’il a été vu, ce jour-là, en train de jeter des projectiles sur les CRS à 17h01. Qu’en conséquence, il a été interpellé à 17h02. […] Seul problème, la vidéo a été horodatée à 16h52… Comment Khelifa M. a-t-il pu être vu en train de jeter des pierres sur les CRS à 17h01 alors qu’Alexandre Benalla et son comparse, Vincent Crase, l’avaient maîtrisé neuf minutes plus tôt ?

Effectivement comment a-t-il pu ? Eh bien nous n’en saurons rien, car ce n’est pas là le sujet de l’article et que d’ailleurs : Le procureur a bien expliqué qu’il avait « l’intime conviction«  que le prévenu avait bien commis les faits. Mais, de guerre lasse, il n’a pu faire autrement que de requérir la relaxe pour les faits de violences en raison de ce problème de procédure. « 20 Minutes » nous informe donc que, pour une raison inconnue de tous, le procureur est convaincu de la culpabilité du suspect mais que, hélas, il ne peut l’accuser de rien à cause d’un « problème de procédure. On laisse donc entendre que Khelifa M. est coupable de faits de violences sur des policiers (il est « accusé d’avoir jeté des morceaux de bitume sur les forces de l’ordre » pour être sacrément plus précis) et que ce n’est qu’à cause d’une « grossière erreur de procédure » que la justice ne peut condamner ce délinquant.

À aucun moment, ni le journaliste de « 20 Minutes », ni la justice, ne semble se poser la question de savoir pourquoi les CRS accusent un homme qui était alors déjà arrêté de leur avoir « jeté des morceaux de bitume », car si il existe bien une vidéo de l’arrestation, il n’en existe aucune des supposées violences. Le journaliste semble même trouver ça tordant : Personne n’en aurait sans doute jamais entendu parler sans Alexandre Benalla. Mais paradoxalement, c’est sans doute à l’ancien chargé de mission de l’Elysée qu’il va finalement devoir son salut. Benalla, cette bonne poire, est donc une sorte de sauveur malgré-lui, le salut de Khelifa M. en tant que tel n’intéresse personne et quant à se demander pourquoi le procès-verbal est mensonger ce n’est même pas la peine d’y penser.

Dans la suite de l’article, l’accusé expose son récit des événements, récit que la plupart des preuves photos et vidéos viennent corroborer (lisez l’article!). Pourtant, ce n’est que « de guerre lasse » que le procureur ne peut faire autrement que « requérir la relaxe », eh oui, il avait « l’intime conviction »de la culpabilité de Khelifa M., quel dommage de ne pouvoir le condamner…

benalla

Mais pourtant si ! Génial, il reste une chance ! Les « enquêteurs » ont été prudents, sachant qu’ils ne disposaient d’aucune preuve et puisque le procès-verbal était faux, ils ont trouvés quelque chose d’autre au cas où : Si le procureur a demandé de le relaxer pour les faits de violence, il a requis une peine de deux mois de prison avec sursis pour son « usage de stupéfiants« . Les enquêteurs s’étaient aperçus qu’il consommait du cannabis et de la cocaïne en lisant les messages sur son portable qu’ils avaient saisi après son interpellation au Jardin des Plantes. Ouf ! Dormez tranquilles citoyens, ce délinquant qui n’a probablement jamais jeté de bitume sur les flics / été déjà arrêté au moment des faits reprochés / a été interpellé de manière illégale / ne doit son salut qu’à Benalla / n’avait qu’à pas être là après tout, sera peut-être quand même condamné pour un truc qui n’a rien à voir mais dont, heureusement, les enquêteurs se sont « aperçus ».

Le procès terminé, Khelifa M. retournera à l’anonymat et Benalla à la célébrité, nul ne se demandera pourquoi le PV est faux (« grossière erreur de procédure », pas de chance) ni si les flics ont mentis. Personne ne se souciera du fait que l’accusé aurait été condamné sur des bases totalement fausses sans « l’affaire Benalla » et que vu comment la justice s’acharne sur les manifestants ces derniers temps, il aurait sûrement pris cher. Personne pour se demander d’où sort « l’intime conviction » du procureur, ni pour s’insurger que Benalla ait tordu le bras de l’accusé après que Vincent Crase lui ait mis des coups de matraque télescopique…

Cet article est en fait d’une propreté parfaite, on ne dit rien sur les agissements de la police (faux PV, arrestation violente par des types qui n’ont rien à faire là), rien sur la justice (accusation gratuite du procureur, demande d’une condamnation malgré tout), rien qui n’insinue quoi que ce soit d’autre que l’accusé est coupable bien qu’il ait été blanchi sur des preuves matérielles.

Et cela m’oblige à ajouter un truc pour finir. Si ce type avait accepté la comparution immédiate, comme le font beaucoup trop de Gilets Jaunes, il aurait probablement été condamné à plusieurs mois de prison ferme, comme c’est le cas depuis quelques temps pour les gens que la police accuse, sans la moindre preuve dans l’immense majorité des cas, d’avoir jeté des trucs dans leur direction. Comme tous ces citoyens condamnés depuis des mois à des peines de prison ferme, il aurait été en taule sur une simple accusation des bleus. Peut-être que les lecteurs de « 20 Minutes » ne le savent pas et qu’ils peuvent rire du fait que ce type doive en partie son salut au nouveau crétin de la République (En Marche), hélas la plupart des gens qui finissent devant un juge suite à une manif ne se font pas arrêter par Benalla, ils n’auront donc pas grand chose pour les innocenter quand bien même le procès-verbal de leur arrestation ne serait qu’un tissu de mensonges. Les PV falsifiés, les « intimes convictions », les arrestations violentes, rien que de très courant finalement, d’ailleurs le journaliste de « 20 Minutes » ne semble même pas y avoir prêté attention.

Publicités

Un commentaire

  1. Sur la photo où l’on voit les deux faire du vélo, je m’étais fait la réflexion « mais comment peut-on être aussi enveloppé et faire de la protection rapprochée auprès d’un Président ? ». La logique voudrait que l’enveloppé soit le Président et le plus svelte le garde du corps (bon avec un polo rose, ce ne peut pas être un pro non plus). Mais non ! C’est là où j’ai compris que l’enveloppé n’était pas un fonctionnaire, un professionnel mais un usurpateur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s