Steppe by steppe (Jour #9)

IMG_20170518_144517.jpg

18 Mai 2017

Cette nuit il y a eu un vent de malade, j’ai entendu Tumuruu et Naraa se lever plusieurs fois et sortir, sûrement pour mettre des trucs à l’abri. Dans la matinée, ça ne s’arrange pas vraiment mais il nous faut entamer notre marche et on part vers 11H, les visages complètement couverts par nos écharpes, nos capuches et nos lunettes de soleil, le minimum nécessaire au vu du vent qu’il y a et de la poussière qu’il trimballe.

On commence à marcher et le brave chien de Tumuruu, ou en tout cas le chien qui traînait autour de la yourte, se met à nous suivre. Bendé appelle donc Tumuruu qui lui dit de ne pas s’en faire, qu’il reviendra par lui-même, on ne le sait pas encore mais le clébard va nous suivre jusqu’au bout de notre périple, trois jours plus tard, et va nous causer pas mal de soucis! On continue donc notre marche à quatre, Bendé, Malka, moi et le « chien de Tumuruu » à travers la vallée d’Ulziit (Өлзийт), et bien entendu on en prend plein les yeux. On se tape vingt kilomètres vent de face, quatre heures de marche avec juste une courte pause pour becter un truc, nos petites bouteilles en plastique et ma gourde remplies d’eau chaude, la seule eau buvable dans les steppes mongoles… Un périple aussi épuisant que kiffant!

On arrive à bon port dans l’après-midi, on rentre dans une yourte, un vieux (plus ou moins) dort étalé par terre. La jeune maman nous accueille, on rencontre aussi sa petite fille, trop mignonne. On nous installe dans la yourte d’hôtes pour qu’on s’y repose un peu et pour le coup on n’est pas contre! Plus tard, le « vieux » vient nous y retrouver, il est trop sympa et veut à tout prix communiquer avec nous, on arrive à se comprendre sur quelques trucs grâce à notre manuel, on se marre bien, notamment au moment de comparer nos paires de jumelles, les siennes sont dix fois plus puissantes! On rencontre le papa de la petite et on voit aussi quelques autres membres de la famille. À un moment, le vieux me propose de monter à l’arrière de sa vieille Mustang et on va ramener le bétail en mode cow-boy à moto. En revenant je lui dis « goyo », qui veut dire un truc comme « super », ça le fait bien marrer! Le soir on mange dans notre yourte et la petite, trop timide mais aussi trop curieuse, mange sa part à la porte en nous regardant… Plus tard on aide vaguement à rentrer le bétail – on court comme des malades derrière des moutons débiles serait plus correct – et puis on va se poser un moment dans la yourte familiale. Je ne sais pas trop quelle heure il est quand on retrouve notre yourte, mais on n’a pas fait long feu.

IMG_20170518_145346IMG_20170518_145517

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s