Pourquoi Sainshand? (#1)

Sainshand (aussi écrit Saïnshand, Saynshand ou Сайншанд) a sûrement été une des étapes les plus improbables de notre voyage, un bled dont tous les blogs de voyage et autres guides de Mongolie disent qu’il ne présente aucun intérêt si ce n’est celui d’aller y prendre les « navettes » pour le Khamaryn Khiid (monastère) et le « centre d’énergie » de Shambhala. D’ailleurs, dans un premier temps, c’est un peu pour ça qu’on y est allés.

IMG_20170608_160352

Sainshand (« bon étang ») est une petite ville (environ 30 000 habitants) perdue dans le désert de Gobi, non loin de la frontière chinoise. Il y a plusieurs dizaines d’années, le pouvoir communiste (la Mongolie a été un pays-satellite de l’URSS) a voulu en faire un grand pôle industriel, mais à ce qu’on a vu ça n’a que moyennement marché… Plusieurs lotissements de yourtes autour du centre-ville, quelques grands immeubles façon soviétique dans le quartier de la gare, une poignée de restos et d’hôtels (cheaps pour la plupart), deux petits musées, quelques parcs, une route, et tout autour le désert.

Pour rallier Sainshand, il faut compter une bonne demi-journée de train depuis Oulan-Bator, ce fut pour nous l’occasion de constater une nouvelle fois que ces vieux trains-couchettes sont vraiment géniaux, que les enfants sont en supériorité numérique dans ce pays et que les mongols n’aiment définitivement pas le café (lors d’un échange thé/café avec notre voisine d’en face).

IMG_20170605_153029img_20170610_061916

L’arrivée à Sainshand est déroutante avouons-le, la gare est à deux bonnes bornes du centre-ville et du coup il n’y a vraiment pas grand-chose dans ce coin. Les inévitables taximen mongols se proposeront pour vous déposer dans le centre pour 2000, 1000 voir 500 tugriks, bien moins d’un euro… Nous, on s’est presque fait poursuivre par l’un d’eux dont le but était de nous amener dès le lendemain au monastère. On s’est expliqué avec lui mais sans grand succès et le lendemain matin il a débarqué à l’’hôtel, a trouvé notre chambre et nous a tiré du lit après avoir essayé d’ouvrir la porte! Ça nous a pas mal surpris (et énervé), on a compris plus tard que cette pratique étrange (ouvrir les portes des chambres d’hôtels) était assez courante à Sainshand…

Nous sommes peut-être les seuls touristes à être restés plus de vingt-quatre heures (quatre jours, en fait) à Sainshand sans aller visiter les merveilleux sites touristiques sus-nommés… Non, au lieu de ça on a zoné en ville, squatté une chambre d’hôtel sans eau chaude, mangé n’importe quoi et rencontré des gamins pas farouches et des vieux alcoolos. Je sais pas si c’est le soleil qui nous a tapé sur la tête mais franchement on a adoré cette ville et on y a vécu un paquet d’histoires… surprenantes!

IMG_20170609_145219IMG_20170609_145229img_20170609_210128

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s