BroKEn wOrlD II

Par la sainteté,
cervelle et crottin de mon ânesse,
je te le jure à toi mon frère,
triste hibou solitaire, compagnon,
je te jure qu’il nous reste encore
les tétons de feu de la parole
pour nourrir la résistance
des causes du monde
déjà perdues. Lire plus

« Vendredi après-midi dans l’univers… » (Critique du « Vieil Ange de Minuit » de Jack Kerouac)

La publication française de « Vieil Ange de Minuit » (« Old Angel Midnight » en version originale) propose trois textes de Jack Kerouac.

vieilange5

Le premier est bien sûr « Vieil Ange… », un long texte en prose tout droit sorti des carnets d’écriture automatique de Kerouac. Découpé en une soixantaine de paragraphes pour moins de cent pages, la fulgurance poétique y côtoie les babillages sans queue ni tête et on passe, en quelques lignes, du grandiose au ridicule sans que cela ne semble gêner l’auteur le moins du monde ! Un texte réellement étrange, probablement écrit sous l’influence de diverses drogues et où Kerouac laisse son esprit fou guider sa plume. Pas de relecture, peu de ponctuation, Jack transmet ce qu’il a dans le crâne sans s’attarder sur les formes, de la prose spontanée de haut-vol, un texte déroutant, pour les fans purs et durs !

Le deuxième texte, « citéCitéCITE », est une nouvelle de science-fiction à la William S. Burroughs, c’est clairement une curiosité dans l’œuvre de Kerouac et pour tout dire ça ne marche pas vraiment, l’écrivain ne s’y essayera d’ailleurs pas deux fois…

Troisième texte : « Shakespeare et l’outsider ». Quatre pages en prose autour de l’œuvre du barde immortel, sympa mais pas indispensable.

En clair, « Vieil Ange de Minuit », dont Jack Kerouac a dit qu’il s’agissait du seul livre dans lequel il se soit permis de dire absolument tout ce qu’il voulait de la manière dont il le voulait, est un recueil qui s’adresse avant tout aux kerouackiens avertis, ne surtout pas commencer l’œuvre du Jack par cet ouvrage, ça en rebuterait plus d’un !

***

Extraits : « Sois gentil avec le crabe monstrueux, il n’est qu’un autre arrangement de ce que tu es toi –  »
« Oï, la Russie, il y a de drôles de dessins sur rouleaux ruminés à minuit sur des cahiers gribouillés que nous ne verrons jamais –  »

vieilange3

Ceci est la deuxième publication d’un projet de passage en revue de l’œuvre de Jack Kerouac. Les articles auront des formes diverses et variées et des buts indéfinis, il pourra s’agir de critiques, de résumés ou encore de divagations ou de parallèles avec des expériences personnelles… Voilà ! Premier article ici : Big Sur.

Manu

Il n’y a pas de fin – 22.07.2014 / 15.05.2018

IMG_20180515_215040
15.05.2018, Le Mans
Mongolia_Kharkhorin-hauteurs-couple2
12.05.2017, Kharkhorin
IMG_20170514_130138
14.05.2017
DSCN0145
22.07.2014, San Francisco
IMG_20170707_130405
07.07.2017, Varsovie
p1010958
12.04.2017
Mongolia-UlziitSum5
19.05.2017, Ulziit
IMG_20170626_173137
26.06.2017, Riga
IMG_20170623_234213
23.06.2017
p1010994
16.04.2017, Ladi
IMG_20170514_152857
14.05.2017
IMG_20170514_122842
14.05.2017
IMG_20170414_152428
14.04.2017, Bulgarie
Mongolia_PetitGobi3
12.05.2017, Elsen Tasarkhai
DSCN0268
29.07.2014, San Francisco
erden zu
Erdene Zuu
Mongolia_Orkhon-ombresM&M
14.05.2017

« Il y a plus de façons de se sortir de ce labyrinthe que tu ne le crois. »

 

 

Exuma, live 1972

 

Setlist :
0:00 : Brown Girl (from the album « Reincarnation », 1972)
2:48 : Attica (from the album « Snake », 1972)
8:00 : Pay Me What You Own Me (from the album « Reincarnation », 1972)
11:58 : Empty Barrels (from the album « Reincarnation », 1972)
16:28 : Exuma, The Obeah Man (from the album « Exuma », 1970)

Musicians :
Achmed Ben Mansel (Yogi Bagabby) : Tambourine, maracas, etc.
Kester Smith : Drums
Michael O’Neil (Ouimungie Pappa Legba) : Saxophone & congas
Tony McKay AKA Exuma : Vocals & guitar

Balck Lodge

. listen. to. the. sounds…

« withOut chEmicaLs. he pOints. »

miroir-renversé

Visuel : Malka
Musique : Manu

ZZ2018/6

Big Sur

big sur condor

Big Sur, California.

Jack Kerouac a trente-huit ans quand, à l’été 1960, il part se réfugier à Big Sur, immense région sauvage sur la côte californienne. Quand j’y vais en 2014, soit cinquante-quatre piges après lui, j’ai trente ans et je n’y vais nullement pour m’isoler, comme lui avait tenté de le faire sans succès.

Nous étions en Californie pour un mois et après quinze jours à San Francisco (où nous n’avons rien manqué des vestiges de la Beat Generation) et une nuit à Monterey, nous sommes montés dans le bus 22 et avons sillonné la Highway 1, qui borde toute la côte californienne, pour atteindre Big Sur.

Big Sur n’est évidemment plus le coin totalement isolé et sauvage du livre de Kerouac, encore que, la jeune employée à l’entrée du parc a été sidérée quand nous lui avons dit que nous n’avions pas de voiture, nous étions visiblement les premiers à arriver ici en bus depuis un petit bout de temps… C’est que, vu qu’il y a maintenant quelques campings « officiels » à Big Sur, les américains y déboulent dans des camping-cars immenses qui n’auraient même pas le droit de rouler en France, de véritables appartements sur roues. Le point positif, c’est qu’il y a aussi désormais de superbes pistes de randonnée, dépaysantes au possible, et on s’en est fait quelques-unes durant les quarante-huit heures où nous sommes restés à Big Sur, notre petite tente sous un de ces immenses arbres qui peuplent la région…

DSCN0362

Et donc, après deux jours et deux nuits, on reprend le mini-bus et on remonte vers le Nord en longeant la côte, passant sur le Bixby Creek Bridge et contemplant l’immensité bleue et les falaises menaçantes… On repasse par la Monterey Transit Plaza (d’où on était arrivé) et on prend un autre bus pour Salinas. Là-bas, on chope nos tickets pour le Greyhound en direction de L.A. mais on prévoit d’abord un stop à Santa Maria, « petite » ville sur le trajet qui nous permettra de plonger un peu dans le « bottom » des States avant de débarquer dans la « Cité des Anges ».

DSCN0369DSCN0370DSCN0424DSCN0429

« Big Sur », by Jack Kerouac

Big Sur a été la dernière destination de Kerouac sur la côte ouest. Il est ensuite retourné chez sa mère, de l’autre côté du continent, et n’en a quasiment plus bougé, finissant amer, alcoolique et mourant prématurément à quarante-sept ans.

Pourtant, il a tiré de ce trip raté à Big Sur un de ses plus grands livres, qu’il a appelé du nom de cette région sauvage et mythique qu’il a contribué à populariser. Publié en 1962, « Big Sur » est une des dernières œuvres majeures de Kerouac, même si elle suinte le désespoir de partout… Le premier départ vers la cabane de Big Sur est avorté à cause des saouleries de Jack et on a droit à quelques-unes des descriptions les plus précises, exactes et détaillées de la gueule de bois. Quand il arrive enfin dans sa retraite, Kerouac n’a déjà plus le cœur à s’extasier, ou alors très fugacement (Alf, le mulet sacré…), il flippe et écrit à peine. Son isolement dure quinze jours et le rend dingue, il remonte à San Francisco pour s’y saouler des journées entières et quand il retourne à la cabane de son ami Ferlinghetti, c’est avec toute une équipée sauvage. Le « roi des Beats qui n’est pas un beatnik », dixit Kerouac lui-même, a la main rivée sur la bouteille, il ne mange plus et plonge dans l’angoisse et la parano avant de finir par faire une crise de delirium tremens, une grand croix blanche lui apparaît dans la lumière, il parle tout seul et délire, au bord de la folie. Dans « Big Sur », Kerouac décidera de voir dans cette crise de démence une sorte d’épiphanie, une révélation…

Mais tout cela ne le fera ni arrêter de boire, ni remonter la pente, bien au contraire et ce sera même de pire en pire. Par contre, fini les virées en bagnole et les nuits de jazz et de poésie, Jack s’enferme chez lui et ne sort plus que pour se prendre des cuites qui durent des semaines, il paraît même qu’une fois achevée sa première version de « Big Sur », il a fêté ça avec une caisse de cognac et s’est réveillé quinze jours plus tard à l’hôpital sans se rappeler comment il était arrivé là…

DSCN0421

« Big Sur » est une plongée dans la psyché d’un homme qui essaie une dernière fois de se sauver avant d’abdiquer. Kerouac n’a jamais supporté le succès de « Sur La Route » car il estimait que personne, et surtout pas ses fans, n’avait vraiment compris son livre, sinon pourquoi faire de lui un héros? Quand « Route » (écrit en 1951) sort en 1957, Kerouac n’a déjà plus rien d’un beatnik, il est blasé de s’être battu avec les maisons d’édition pendant des années et s’est éloigné de ses vieux potes, il en marre de tout ça mais, hélas pour lui, ça ne fait que commencer. « Big Sur » est le livre d’un type torturé, alcoolique mais lucide, et c’est encore pire. Définitivement un grand bouquin, et une région magnifique.

« Nous sommes tous d’accord pour dire que c’est trop, que nous sommes cernés par la vie, que nous ne la comprendrons jamais ; alors nous la concentrons toute en nous en ingurgitant le scotch à la bouteille et quand celle-ci est vide je descends vite de la voiture pour courir en acheter une autre, point à la ligne. »
« Big Sur » (p.90) – Jack Kerouac

DSCN0431DSCN0402DSCN0403DSCN0392

Épilogue

Une semaine et demi après notre passage à Big Sur, on marque un stop à Visalia, petite ville à côté du Sequoia National Park où il n’y a rien à faire de spécial mais où on restera deux jours. On se promène comme on le peut sous un soleil de plomb et après avoir acheté quelques bouteilles d’eau, on va se poser à l’ombre d’un arbre dans un parc. Un gars déboule et se met à nous raconter sa vie, il nous dit qu’il fait tous les jours, en vélo, le trajet de chez lui jusqu’ici, à Visalia, où il habitait avant avec sa femme et ses enfants. Sa famille est encore là, dans ce qui était sa maison à lui aussi, et il vient tous les jours ici pour tenter de revivre cette époque. Son récit est décousu et on ne comprend pas tout mais Jo, c’est son nom, se met presque à pleurer sous nos yeux avant de nous dire quelque chose du genre : « Je suis fatigué, j’en ai marre de tout ça je suis vraiment… je ne sais pas si vous allez comprendre… je suis vraiment beat. »

On a compris Jo, puisse ton vélo t’emmener au loin un jour ou l’autre…

DSCN0444