Steppe by steppe (Jour #5)

Mongolia_MonastèreZanabazar2

14 Mai 2017

Je me réveille vers 8H, émerge tranquillement et sors de la yourte, il fait bon dehors… On prend le petit déjeuner et on remballe nos affaires, on dit au revoir à nos potes lyonnais et on s’arrache vers 9H30. On part pour le monastère de Tövkhön, érigé par Zanabazar il y a plus de trois siècles.

Après encore pas mal de piste en van, on se tape quatre kilomètres de marche sur des chemins escarpés en forêt, seul moyen de rejoindre ce temple loin de tout. Là-haut, ça a de la gueule, c’est classe et on reste un moment à visiter les lieux, on escalade même encore quelques rochers pour monter tout en haut de la montagne. Mais Malka ne pourra pas aller jusqu’au sommet, interdit aux femmes, selon une de ces vieilles coutumes archaïques apparemment inhérentes à toutes les religions… On redescend de notre montagne et on retrouve notre van, on roule un peu et puis on s’arrête au bord d’une rivière (toujours l’Orkhon je crois) pour faire un pique-nique sous le soleil sur un spot trop beau. Ça fait, de nouveau de la piste, mais ce coup-ci le truc marrant c’est qu’on ne savait pas vraiment où on allait! Ce qu’on a compris au final, c’est que Batlaa nous a baladé dans la région jusqu’à trouver des gens qui pourraient nous accueillir jusqu’au lendemain, genre on débarque dans une famille qui n’avait rien demandé comme ça on va vraiment goûter au côté authentique de la chose!

On arrive donc sur un spot de trois yourtes pour deux familles, il y a une pelletée de gosses et un bébé âgé de… trois jours! Trois des gamins viennent direct nous sonder, le plus petit est une vraie teigne, le plus vieux a onze ans et est totalement fasciné par notre manuel franco-mongol, c’est le plus cool de la bande mais on rigolera bien avec les trois, je me retrouve même à faire des combats de lutte avec eux… Après manger, toute la famille aide à rentrer le troupeau, ils ont bien une centaine de moutons/chèvres et une douzaine de vaches, qu’on a d’ailleurs aidé à traire en fin d’après-midi. Le soir, on dort à sept dans la yourte, on pionce par terre à côté de la teigne et du cool, ils bloquent total sur notre duvet et notre sac à dos…

IMG_20170514_122842IMG_20170514_125020IMG_20170514_130138IMG_20170514_125755IMG_20170514_132052IMG_20170514_125736IMG_20170514_152907IMG_20170514_130352

Steppe by steppe (Jour #6)

IMG_20170515_162926

15 Mai 2017

Tout le monde se lève à 7H du matin, putain d’éleveurs! On sort et il y a déjà un grand soleil, on prend un petit déj’ vite fait et rapidement tout le monde se met au taf. C’est un hasard, mais on est tombé sur le jour de la… castration des moutons et des chèvres! On s’est donc retrouvé à plus ou moins aider à ce sinistre travail, notre boulot consistait à éloigner les parents des petits qui passaient sur le billot, ça nous a fait courir de partout à travers la steppe et c’était plutôt marrant… Par contre quand est venu le temps de manger les abats, en gros les fruits de la castration, je n’ai pas pu, impossible, je n’ai rien avalé.

On bouge peu de temps après ça, direction Tsetserleg où on arrive assez rapidement. Tsetserleg est une ville tout ce qu’il y a de plus mongole, c’est à dire petite, cheap et étrange! On va manger un truc dans un petit resto et puis on va au musée de Tsetserleg. Ensuite on visite un spot dans les hauteurs de la ville où Batlaa nous laisse tous les deux, quand on se retrouve il nous demande : « showel, showel? » On finit par comprendre qu’il nous propose une douche, « shower », et on lui répond qu’on est carrément partant! On passe d’abord acheter quelques trucs dans un étrange marché bordélique au possible et puis on se retrouve dans une sorte de bain-douche à la mongole. On se prend une bonne showel et après ça on débarque chez les amis de Batlaa qui nous hébergeront ce soir. On est dans un lotissement bien à l’arrache, un coin qui peut sûrement être qualifié de banlieue de Tsetserleg, mais on est dans une maison en dure.

À peine est-on arrivé qu’on nous colle dans une pièce, une sorte de salon super confort rien que pour nous, c’est sympa mais bon c’est assez bizarre car on est complètement à l’écart des autres… Au final on a quand même mangé tous ensemble, et on a bien rigolé  avec les deux gamines, surtout la plus petite qui était hilarante! Encore une fois, les mômes mongols sont bien moins réservés que leurs parents! Il y a la télé câblée dans le salon, on trouve France 24 et on apprend que c’est Édouard Philippe (???) le nouveau Premier Ministre français, on en reste pantois… On se couche sur les coups de 23H, tranquille dans notre piaule, on lit un peu, on boit quelques gorgées de vodka et on éteint les feux.

IMG_20170515_104638Mongolia_YourteVersMonastère6IMG_20170515_093736IMG_20170515_160026IMG_20170515_160952IMG_20170515_161253IMG_20170515_094728Mongolia_YourteVersMonastère-Manu

 

Steppe by steppe (Jour #7)

Mongolia_VersTsetserleg-pierresàcerfs4.JPG

16 Mai 2017

Réveil à 7H-7H30, gros breakfast trop bon, café, œufs, tomates, fromage… On s’arrache à 8H30, on quitte Tsetserleg et on va visiter plusieurs sites, un lieu où trône un immense rocher plein d’inscriptions anciennes devenues impossibles à lire à cause de tags beaucoup plus récents, un site archéologique, et tout un tas de spots de « pierres à cerfs », des rochers sur lesquels sont gravés des dessins de cerfs datant de l’âge de bronze, impressionnant. On se fait un pique-nique sur la route et puis on débarque dans la famille de Tumuruu.

Tumuruu n’est autre que le frère de Chuka et Batlaa, il est éleveur et entraîneur de chevaux et sa yourte est pleine de médailles gagnées dans des courses. On rencontre sa femme Naraa et son petit, un vrai dingo avec une tête de Nagawika! Dans la yourte d’à côté, il y a le troisième frère de la famille et sa femme toute sympa, ils ont aussi un petit, tout vert celui-là (habillé tout en vert, quoi…), qui n’arrête pas de se faire martyriser par le petit indien!

Après le traditionnel thé de bienvenu, Tumuruu nous propose de sniffer un truc, euh bon d’accord… On a pigé que bien plus tard l’histoire de la « snuff bottle », une pratique courante ici, c’est une sorte de rituel de bienvenu et ça dégage le nez! Batlaa nous quitte, et Tumuruu avec lui, et on reste avec Naraa avec qui, pour le coup, on a réussi à communiquer un peu, on sent qu’ici ils ont plus l’habitude d’accueillir des voyageurs et ça change tout. On joue avec le petit indien, son trip c’est d’essayer d’attraper tout et n’importe quoi avec son lasso, on réussit quand même à l’amener à taper une sorte de foot… On passe la soirée tranquille, on voit le troisième frère rentrer les chevaux et se servir de son lasso pour de vrai, on comprend d’où vient le délire du petit. Le soir on n’a pas fait long-feu, on était mort, on a vu Naraa chanter sans retenue devant la télé alors que passait une sorte de clip traditionnel de fin de journée, c’était beau. Endormi vers 23H.

Mongolia_VersTsetserleg-pierresàcerfs5Mongolia_ChezTumuruuMongolia_VersTsetserleg-pierresàcerfs6

Steppe by steppe (Jour #8)

Mongolia_ChezTumuruu-lesyourtes.JPG

17 Mai 2017

Comme d’habitude maintenant, on se lève à 8H du mat’. C’est l’anniversaire de Malka aujourd’hui et quand on le dit à Naraa, elle lui offre des gâteaux et une bière, youhou!

Le matin, on a participé à la vie de la ferme, c’est à dire qu’on a aidé à ramener les bouses sèches qui leur servent de combustible, c’était pas passionnant mais bon… On a mangé avec Naraa et ensuite l’aprem a été long. C’est à dire qu’en fait aujourd’hui il n’y avait rien de prévu, c’était une sorte de journée de repos. Mais que faire au milieu des steppes sous un soleil de plomb, sans le moindre coin d’ombre mis à part dans la yourte? On en a profité pour écrire nos cartes postales, avec le petit indien à côté qui a passé la journée à nous harceler pour tout et n’importe quoi, on a aussi causé un peu avec Naraa, le manuel franco-mongol sur les genoux. Vers 18H, on s’esquive dans les collines et on va boire notre bière en solo dans la nature, on fête l’anniv’ de Malka comme ça, que demander de plus finalement? La bière passe crème, ça fait plus d’une semaine qu’on n’en avait pas bu!

De retour à la yourte, on se retrouve de nouveau devant cette sitcom super niaise qu’ils regardent tous ici, puis Naraa nous dit que ce soir on mange dans l’autre yourte, dans la famille du petit tout vert. On y va dans la soirée et on y rencontre Bendé, qui sera notre guide pour les jours à venir et la marche à travers les steppes. Il est tout jeune, sympa et on voit déjà quelques trucs avec lui même si, comme Batlaa, il ne parle pas du tout anglais! On mange là avec lui et la femme du troisième brother et quand on rentre dans « notre » yourte, Tumuruu est de retour. On cause un peu, on se tape la sitcom lourdingue, on bouquine et puis, comme hier, on éteint les feux pas bien tard…

Mongolia_ChezTumuruu-steppeMongolia_ChezTumuruu-steppe4

Steppe by steppe (Jour #9)

IMG_20170518_144517.jpg

18 Mai 2017

Cette nuit il y a eu un vent de malade, j’ai entendu Tumuruu et Naraa se lever plusieurs fois et sortir, sûrement pour mettre des trucs à l’abri. Dans la matinée, ça ne s’arrange pas vraiment mais il nous faut entamer notre marche et on part vers 11H, les visages complètement couverts par nos écharpes, nos capuches et nos lunettes de soleil, le minimum nécessaire au vu du vent qu’il y a et de la poussière qu’il trimballe.

On commence à marcher et le brave chien de Tumuruu, ou en tout cas le chien qui traînait autour de la yourte, se met à nous suivre. Bendé appelle donc Tumuruu qui lui dit de ne pas s’en faire, qu’il reviendra par lui-même, on ne le sait pas encore mais le clébard va nous suivre jusqu’au bout de notre périple, trois jours plus tard, et va nous causer pas mal de soucis! On continue donc notre marche à quatre, Bendé, Malka, moi et le « chien de Tumuruu » à travers la vallée d’Ulziit (Өлзийт), et bien entendu on en prend plein les yeux. On se tape vingt kilomètres vent de face, quatre heures de marche avec juste une courte pause pour becter un truc, nos petites bouteilles en plastique et ma gourde remplies d’eau chaude, la seule eau buvable dans les steppes mongoles… Un périple aussi épuisant que kiffant!

On arrive à bon port dans l’après-midi, on rentre dans une yourte, un vieux (plus ou moins) dort étalé par terre. La jeune maman nous accueille, on rencontre aussi sa petite fille, trop mignonne. On nous installe dans la yourte d’hôtes pour qu’on s’y repose un peu et pour le coup on n’est pas contre! Plus tard, le « vieux » vient nous y retrouver, il est trop sympa et veut à tout prix communiquer avec nous, on arrive à se comprendre sur quelques trucs grâce à notre manuel, on se marre bien, notamment au moment de comparer nos paires de jumelles, les siennes sont dix fois plus puissantes! On rencontre le papa de la petite et on voit aussi quelques autres membres de la famille. À un moment, le vieux me propose de monter à l’arrière de sa vieille Mustang et on va ramener le bétail en mode cow-boy à moto. En revenant je lui dis « goyo », qui veut dire un truc comme « super », ça le fait bien marrer! Le soir on mange dans notre yourte et la petite, trop timide mais aussi trop curieuse, mange sa part à la porte en nous regardant… Plus tard on aide vaguement à rentrer le bétail – on court comme des malades derrière des moutons débiles serait plus correct – et puis on va se poser un moment dans la yourte familiale. Je ne sais pas trop quelle heure il est quand on retrouve notre yourte, mais on n’a pas fait long feu.

IMG_20170518_145346IMG_20170518_145517

Steppe by steppe (Jour #10)

IMG_20170519_123800

19 Mai 2017

Je me lève avant Malka et après avoir pris un thé dans la yourte familiale, le père me propose un tour en moto. On part donc pour près d’une heure dans les steppes, on rapproche les troupeaux qui se sont éloignés et du coup on se retrouve à rouler en Mustang, cheveux au vent (les casques n’existent pas ici ), avec une dizaine de chevaux qui courent à côté de nous, un truc de dingue… On s’arrête prendre un thé dans une autre famille, je cours attraper une chevrette égarée, on repart puis le daron me demande de récupérer un énorme tonneau en plastique qui traîne là. Je me retrouve en putain d’équilibre précaire à l’arrière de la moto, une chèvre dans une main, un tonneau dans l’autre! De retour à la yourte, on ne tarde pas à dire au revoir à la famille et on s’arrache pour notre deuxième jour de marche.

Aujourd’hui on part pour une petite dizaine de kilomètre, à la cool, d’autant qu’il n’y a plus de vent comme hier. À un moment, on est rejoint par un troupeau de chevaux qui nous suit sur une ou deux bornes, la classe! On marche peut-être deux heures et, à notre grande surprise, on se retrouve au niveau de la deuxième tortue de pierre de Kharkhorin, ce qui montre à quel point Karakorum devait être étendu à l’époque. C’est là qu’on décide de faire notre pause repas, et un mouton égaré passant par là se joint à nous… Après ça on arrive rapidement dans l’autre famille, ils sont quatre, et ils sont extras! Il y a trois enfants, une minus trop marrante et deux jeunes de dix et quatorze ans. Celui de dix piges, Osokh, n’arrête pas de nous tchatcher, de nous montrer des trucs, de nous aider pour tout et n’importe quoi et de nous poser des questions, on devient pote en moins de deux! La maman est toute jeune et toute relaxe et, d’après ce qu’on a compris, le père taffe sur Ulaanbaatar. Je ne suis pas totalement dedans au début, trop fatigué pour communiquer, avec comme l’impression d’avoir utilisé tout mon quota de sociabilité ces derniers jours, heureusement l’ambiance va être tellement super que je reprendrai rapidement la forme, et quand on reparlera de cette famille plus tard dans notre voyage, on dira « la happy family »!

Il faut dire aussi que leur yourte est installée dans le lieu le plus idyllique du monde : montagnes rocheuses, rivière, verdure, avec des chevaux, des yaks, des vaches qui paissent là… Dans la soirée, on trait les chèvres avec les minots qui sont tout contents de nous montrer comment on fait, on se marre bien! À un moment, le « chien de Tumuruu » est à deux doigts de se faire tuer par les clébards de la famille, ce qui ne l’empêche pas de rester, pire, maintenant il se cache derrière nous quand il se sent menacé par d’autres chiens! À 20H à peine, on est déjà complètement mort, on squatte la yourte avec tout la famille, sept là-dedans, on mange tous ensemble et on rigole toute la soirée, c’est la première fois qu’on se sent aussi à l’aise dans une famille depuis le début de notre voyage. On sort nos cahiers, les deux jeunes écrivent et dessinent dedans et, quand ils y voient l’hymne mongol (car oui, en Mongolie, on trouve l’hymne national sur certains cahiers d’école…), ils se mettent à nous le chanter la main sur le cœur! On se couche à 22H je crois, mais on est complètement rincé et on s’écroule en deux secondes.

IMG_20170519_114424IMG_20170519_114530Mongolia-UlziitSumIMG_20170519_155910Mongolia-UlziitSum5IMG_20170519_123711